M I L A N N

Chargement ...

Définition du Growth Hacking

D’après l’encyclopédie en ligne Wikipedia,  «  Le terme Growth hacking peut se traduire en français par « piratage de croissance ». Cette expression est devenu populaire dans le jargon du marketing des startups. Si nous devions vous définir simplement ce qu’est le Growth Hacking, la définition la plus simple de ce terme serait : Ensemble de techniques de marketing permettant d’accélérer rapidement et significativement la croissance avec des couts réduits.

Le concept a été importé des États-Unis dans les années 2010, son créateur est Sean Ellis, le fondateur du site growthhackers.com. Le Growth Hacker optimise les « metrics AARRR » (Acquisition, Activation, Rétention, Referral et Revenu) par tous les moyens, en mettant en place des processus jusqu’à ce qu’il trouve les pistes qui permettent de faire grossir sa start-up puis les automatise.

 

 

Pouvons nous considérer que le Growth Hacking fait partie du Marketing Digital ?

Oui et non. Oui, car tout comme le marketing traditionnel, le growth hacking nécessite au préalable une étude de marché ainsi qu’une étude de la concurrence pour pouvoir former une stratégie globale. Non, car celui ne s’adresse pas aux entreprises ayant un modèle d’affaire linéaire mais aux sociétés qui recherchent un modèle d’affaire exponentiel.

 

A qui s’adresse le Growth Hacking ?

  • Aux entreprises existantes souhaitant croitre rapidement
  • Aux grands groupe

Selon le rapport Deloitte sur la digitalisation des entreprises, 50% des entreprises en France sont réellement en retard sur le digital. Nous travaillons de plus en plus avec des entreprises en phase de transition numérique, qui ont déjà une stratégie et sont en train d’évoluer.

Le marché actuel se divise en deux  :

  • La moitié des entreprises vendent des produits et autant vendent des services.
  • Le B2B (Business to Business)est relativement avantagé : on peut envoyer une newsletter à une base de données constituée de personnes identifiées par leur fonction. Elles ont la possibilité de se désabonner directement.
  • le B2C (Business to Customer) est un peu plus délicat car il est interdit d’envoyer des mails à des prospects qui n’ont pas créé de compte sur sur son site.
 

Intégration dans une stratégie de marketing digital

En amont, l’étude de marché détermine les personas :  Qui sont les clients & comment se comportent-ils.

La stratégie de l’entreprise et de son offre, permettra l’élaboration du MVP (Most Valuable Product) , le 1er produit que l’on met sur le marché car il est fonctionnel. Il servira de test pour l’ensemble de la stratégie.

Si vous n’êtes pas embarrassé par la première version de votre produit, vous avez lancé trop tard

 

Reid Hoffman, co-fondateur de Linkedin

La valeur ajouté du Growth hacking se mesure sur le long terme, lorsque l’on a trouvé sa place sur le marché en termes de contenu, de revenus et d’activation des canaux.

On utilise alors cette technique pour Hacker sa croissance de façon exponentielle.

Les différents piliers du Growth Hacking

Le but principal est l’acquisition de nouveaux visiteurs, qui se transformeront en futur clients.

Pour cela nous allons avoir besoin de bases d’une base de données qualifiées, constituées à partir des canaux que l’on souhaite utiliser.

Le Scraping est une méthode qui permet de regrouper un grand nombre de données. Cela peut être utiliser pour contacter en masse un grand nombre de personnes. La méthode pour les atteindre peut varier selon le canal : email, tweet, message privé…. . Tout est bon pour les faire venir sur une page de destination. Notre objectif est ensuite la création d’un compte.

Ensuite, lorsque celui est activé, on lance le début du processus d’automatisation .Celle-ci peut avoir plusieurs intentions (retenir ou capter l’attention de l’interlocuteur par exemple).

  • Message de bienvenue
  • Email ou SMS de confirmation
  • Envoi d’un mail / SMS si le panier n’a pas été validé.
  • Proposition de produits similaires
  • Envoi d’offres promotionnelles

Toutes ces étapes ont pour objectif d’optimiser la phase de rétention et d’inciter le client à revenir. Le fidéliser par des nouveautés et des offres promotionnelles : Points de fidélité, offre de parrainage, produit inédit …

Il s’agit entre autre de trouver des idée originales qui vont vous permettre d’atteindre votre objectif.

On peut également associer ce métier et celui de la vente : Nous retrouvons le même processus avec les phases suivantes : activation -> rétention -> recommandation qui correspondent à Prospection -> élevage -> fidélisation

Quels sont les outils utilisés ?

Pour automatiser les mails, nous pouvons prendre l’exemple de Mailchimp qui a déjà fait ses preuves depuis plusieurs années.

Pour le Scraping, Il existe des  extensions Chrome pour Linkedin par exemple : Linkedlead, clearbit ou encore fullcontact.

Dans une stratégie de Growth Hacking, le marketing automation devient un véritable atout . Plus les processus sont automatisés plus on gagne du temps pour produire du contenu. Ce même contenu va permettre d’attirer de nouveaux prospects et de favoriser l’acquisition.

Enfin, pour mesurer l’impact de ces campagnes, les outils de Google comme Analytics jouent un rôle important et vous permette de mesurer un grand nombre de metrics (nombre de visiteurs, les pages les plus visités …)

 

Comment se former au Growth Hacking

Aujourd’hui beaucoup de spécialistes du Growth Hacking sont des autodidactes. Souvent il s’agit de professionnels du marketing et de la communication, qui ont pris le wagon du numérique et sont montés rapidement en compétences sur les nouveaux outils digitaux. Il n’y a pour l’instant pas de cursus de formation initiale, plutôt une évolution des métiers et une réelle appétence pour le digital. Cependant, il existe de plus en plus de formations en ligne qui permettent d’apprendre les bases du métier.

Le growth hacking est une discipline qui allie marketing, développement et automatisation. Aucune campagne d’acquisition ne peut s’améliorer sans analyse méticuleuse des données. Aucune rétention ne peut servir de modèle sans avoir compris les causes de celle-ci.

 

Pour conclure

Être Growth Hacker c’est l’assurance d’avoir un métier passionnant, et d’évoluer en permanence. Il faut être en veille, toujours à l’affût de nouvelles tendances.

 

Le growth hacker a pour seul et unique objectif la croissance. L’efficacité de ses actions se mesure en fonction de leur impact sur une croissance scalable et durable.

 

Sean Elliot